Cy PAVEL     PARCOURS et DÉMARCHE ARTISTIQUE / CAREER and ARTISTIC APPROACH


                      Paul Chauvigné, alias Cy Pavel, né en1956, poursuit une démarche ancrée dans les rapports entre "fait pictural" et figuration. Il reste attentif aux contraintes et ressources du matériau, à son infinie plasticité ; très tôt, il expérimente l’inscription du geste et sa disparition, figure et défigure dans un même élan. Il observe l’adhérence des couches au subjectile, il cherche à enraciner la figure, mais ne perd pas de vue la fragilité du médium, son érosion possible, sa texture et la paradoxale pérennité de sa peau. Sa quête reste celle d’une peinture incarnée…
Dans le contexte de la Figuration Libre, il achève ses études Beaux-Arts de Paris. Il se sent alors en proximité avec Les Nouveaux Fauves de Berlin. Il exposera à ses débuts une peinture néo-expressionniste qui, tout en restant figurale, s’éloigne d'une figuration narrative. Les premières séries des Couples (ou Duos) installent une mise en scène dialectique au sein du tableau, où se jouent les tensions masculin-féminin, dialogue et confrontation, masques et figures, les réversibilités du désir… Mais la réflexion se porte très vite sur la diversité des pratiques contemporaines et les nouvelles technologies de l’image. Agrégé d'Arts plastiques, sa charge d'enseignement en Pratiques analytiques et Art & Multimédia à l'université apportent des éclairages décisifs sur l’expression plastique et les nouveaux médias. En retour, les spécificités du médium "peinture" ne s’appréhendent que mieux. D’autres projets voient le jour à travers des installations (Speculare) ou (La Roue), tirant parti du questionnement sur le phénomène pictural dans des dispositifs ouverts à l’espace.
Confronté qu’il est au terrain d’une figuration qui se construit, s’autodétruit, se recouvre, car toujours "trop peinte" à ses yeux, trop narrative encore face aux Grands COUPLES, cette mise à l’épreuve va bientôt bientôt ouvrir la voie à la série des PALIMPSESTES. Les repeints s’accumulent, se fondent les uns dans les autres, s’enracinent. Le support absorbe l’excès de figures et de couches. Ainsi, un combat tant retardé va pouvoir se livrer au mur de peinture ; un corps à corps pour lui arracher des bribes de représentations, des restes fantomatiques, qui à mesure ressurgissent du fond, autant de traces et de gemmes colorées, prises dans le feuil pictural. L’aspect phénoménologique de la couleur prend enfin le dessus. Par grattage, ponçage, abrasion et griffure, ces "tableaux" révèlent leur vraie nature de palimpseste – nous voilà à présent plongés devant le temps. Des œuvres, telles qu’ "Hérode & Hérodiade" ou "Œdipe & Sphinx" préfigurent à la fois la disparition attendue de la peinture, sa mémoire et son opiniâtre résistance ; c’est une littérale remontée du temps, un saut dans l’origine. Des auras de figurations enfouies réaffleurent mystérieusement, telles des figures mythiques ou légendaires; des tragédies oubliées obscurément présentes, mais vitrifiées dans la gangue résineuse.
Avec les BRÛLÉES, le geste, pour le moins radical de brûlures infligées à la toile, atteste lui aussi, mais d’une toute autre façon, la disparition pathétique mais inéluctable du tableau. Livrée au feu, la toile n'est que le reliquat de sa combustion entamée. Il ne s’agit plus de tableaux ou d'images comme on l’entend, mais bien plutôt de peaux de peintures soustraites au feu ; des lambeaux tactiles arrachés au flux temporel, les  fragiles témoins de l'image et du tableau à jamais disparus. Ce sont des reliques picturales conservées sous verre, comme préservées pour un temps de l'érosion dont elles sont déjà porteuses. Et pourtant, dans une ultime résistance à l'entropie, ces restes de toiles, avec leurs trous, leurs manques, n'ont de cesse de nous figurer encore…
Dans la récente série des NOUVELLES CURIOSITÉS le rapport au passé mémoriel de la peinture est encore sous-jacent. On y découvre des fragments graphiques et picturaux d’anciens travaux, d’où ressurgissent des détails d'images d'art, comme arrachées elles-mêmes au temps, mises à jour, mises en pièces. Déchirés, superposés, entrelacés, ces collages hétérogènes et anachroniques jouent avec éclectisme de l'hétéroclite, de l'hybride, de la chimère, pour figurer encore et malgré tout au présent. Le tissu pictural expose ses couches, ses traces, ses recouvrements ; le fragment cache un détail, un geste se perd, un masque oblitère un regard, une écriture se noie sous une autre et le tout, comme immobilisé sous la couche de cire. Un catalogue spécifique fut édité à l’occasion de l'exposition de 2021.
 

"L'événement visuel du tableau n'advient qu'à partir de cette déchirure qui sépare devant nous ce qui est représenté comme souvenu, et tout ce qui se présente comme oubli." (Georges Didi-Huberman).

Dans les DUOS & SOLOS, Cy Pavel peut amorcer une boucle qui mène à une "figuration retrouvée" et assumée, nourrie des catastrophes qu’elle a traversées – comme hors temps, voire archaïque, toujours plus ancrée dans le substrat physique de la peinture – et qui atteste, in fine, d’un retour toujours possible au tableau. La figuration fait corps avec la matière et s’enracine dans le feuil pictural, où la dimension haptique est inséparable de l’image et du signe. 

© Cy Pavel, 2021


 

     « Une image, au contraire, est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation »         Walter Benjamin

« La toile n’est pas une surface blanche. Elle est déjà encombrée de clichés, même si on ne les voit pas. Le travail du peintre consiste à les détruire :

le peintre doit passer par un moment où il ne voit plus rien, par un effondrement des coordonnées visuelles. C’est pour cela que je dis que la peinture est une catastrophe,elle est même la matrice du tableau…(…) En peinture, c’est une règle : le tableau sort d’une catastrophe optique, qui reste présente sur le tableau lui-même ».  

                            Gilles Deleuze, Deux régimes de fous, Textes et Entretiens,1975-1995, Editions de Minuit.

          Formation / Professional training


1974 / 1978 : Études à l’ École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en Art mural & Fresque.
Juillet  1978 : Obtention du Diplôme de PEINTURE de l’E.N.S.B.A. de Paris.
1978 / 1979 : Atelier de Gravure à l’ENSBA de Paris
1992 / 1993 : Obtention du concours du CAPES d'Arts plastiques.

1993 / 2018 : Enseignement en lycée en  Spécialité Arts Plastiques.
2002 / 2003 : AGRÉGATION d'Arts plastiques.

2006 / 2007 : Certificat de Formateur en Arts plastiques

2003 / 2014  : Chargé d'enseignement en Pratiques Analytiques à l’Université
2006 / 2014 : Enseignement en Licence 3 d'Arts plastiques et Art & Multimédia – UCO Angers
2007 / 2014 : Coordinateur pédagogique du Master Arts plastiques - Ifucome - Angers

 


           Expositions / Exhibitions


    >  GROUPS :


1996 : Salon de la Ville de Vitry-sur-Seine

2022 : Hôtel Miramar, Cannes
2022 : Exposition « Entité », EST galerie, Paris.


    >  SOLOS :


1979 : Siège de Hewlett-Packard à Orsay.
1980 : Château d’Aubigny-sur-Nère.
1992 : Galerie Écritures - Montluçon.
1993 : Siège des Automobiles Peugeot - Paris.
2008 : Galerie Françoise Gallotte - La Roche-sur-Yon
2009 : Rétrospective Palimpsestes et Brûlées à Espace des Congrès Les Esselières à Villejuif, 94800.
2010 : Rétrospective Ancienne Eglise Saint-Martin (XIIè) - Sallertaine - 85300
2021 : Nouvelles Curiosités - Galerie Saint Antoine - Clisson - 44190

2022 : Solos / Duos & Curiosités, Galerie Laurent, Zottegem, Belgique.

                    

      __________________________

Contact Me / Contactez-moi :   

 

 cy.pavelweb@sfr.fr                                            

+33(0) 6 73 61 51 31

Thanks for submitting!